L’indice de lumination (IL)
2 avril 2018
La mise au point
2 avril 2018
Show all

Les bases de la photographie

La base de la pratique de la photographie ou de la vidéo et du cinéma, c’est de comprendre la manière d’exposer un capteur à la lumière pour qu’il enregistre une image.

Photographie signifie dessiner avec la lumière. C’est donc la quantité de lumière qui va atteindre le capteur durant un certain laps de temps qui va permettre d’obtenir l’image souhaitée.

On va pouvoir agir sur 3 paramètres dont deux primordiaux que sont la vitesse et l’ouverture pour régler cette exposition, le troisième étant la sensibilité du capteur. Si trop de lumière frappe le capteur durant l’enregistrement, l’image sera surexposée. On dit quelle sera brûlée, cramée, et donc parfois totalement blanche. A l’inverse si une trop faible quantité de lumière atteint le capteur, l’image sera sous exposée, c’est-à-dire, trop sombre voire totalement noire.

Admettons que vous vouliez remplir parfaitement un seau d’eau à son niveau maxi sans qu’il ne déborde. Vous allez agir sur l’ouverture du robinet et le temps que vous laisserez couler l’eau dans le seau. C’est exactement le même principe pour la photo. Le capteur est comme un seau qui au lieu de recevoir de l’eau va recevoir de la lumière. L’objectif est comme un robinet qu’on ouvre plus ou moins pour faire entrer la lumière et l’appareil photo permet de régler la durée durant laquelle la lumière va s’imprimer sur le capteur. Il faut donc trouver le bon dosage entre vitesse (temps d’exposition) et ouverture pour obtenir la photo parfaite. La cellule de l’appareil photo (posemètre) va faire ce calcul pour définir la bonne exposition. Mais c’est en mode manuel que l’on peut agir sur ces deux réglages pour mieux comprendre.

apprendre la photo

Apprendre les bases pour progresser et se faire plaisir en photographiant.

Le troisième paramètre est le réglage de la sensibilité du capteur qui s’exprime en isos. Il y a une sensibilité de base à faible iso (en général 100 et on peut l’augmenter jusqu’à plus de 100000 isos pour certains appareils extrêmement performants).

En plein soleil, une basse sensibilité est suffisante, par contre dès lors que la lumière fait défaut, par exemple par temps couvert et au lever du jour ou tombée de nuit voire en pleine nuit ou simplement à l’intérieur d’une pièce, on va palier à ce manque de lumière en augmentant la sensibilité du capteur. Mais attention car trop augmenter la sensibilité risque de dégrader l’image et produire du bruit. Il s’agit de pixels parasites, colorés et peut esthétiques qui brouillent l’image.

Il peut arriver parfois que la lumière soit trop importante, et même au réglage le plus bas de la sensibilité du capteur (100 isos), la vitesse d’obturation de votre appareil ne sera pas suffisante pour éviter une surexposition. C’est généralement le cas si vous photographiez avec un objectif très ouvert pour obtenir une faible profondeur de champs avec un joli flou d’arrière-plan (appelé bokeh) pour détaché votre sujet et le mettre en valeur.

Dans ce cas de figure il est possible de réduire la quantité de lumière en augmentant considérablement la vitesse d’obturation à 1/4000s voire 1/8000s mais si ça ne suffit pas, un filtre gris neutre fixé devant la lentille frontale de votre objectif fera l’affaire.

Récapitulons : pour réussir une photo, il faut obtenir une bonne exposition et pour cela on va agir sur 3 paramètres.

  • L’ouverture (A chez Nikon, Av chez Canon)
  • La vitesse (S chez Nikon, Tv chez Canon)
  • La sensibilité (iso)