Les rotules pendulaires
3 mai 2018
Show all

Le timelapse

Tous les appareils photos et même certaines caméras qui intègrent une fonction intervallomètre permettent de paramétrer un nombre de photos et un intervalle de temps entre chaque prises de vues de manière automatique, de façon à obtenir une série d’images à partir de laquelle on obtient un timelapse. C’est-à-dire une séquence sur une durée assez importante allant en moyenne de 20 minutes à 2 ou 3 heures voire davantage selon les cas. On obtiendra ainsi un rendu accéléré d’un événement.

Par exemple dans un paysage on pourra admirer le défilement des nuages, le retrait d’un banc de brume, le défilé des étoiles la nuit, le déplacement de la voie lactée…

 

 

C’est aussi un bon moyen de montrer le montage de certaines structures en accéléré.

Les appareils qui ne disposent pas de la fonction intervallomètre de série (comme certains Canon) peuvent en être équipés grâce à une télécommande qui offre cette fonction, ou une application payante à télécharger et installer dans le menu, comme par exemple pour les Alpha de Sony.

Si vous disposez d’un intervallomètre, pour réaliser un timelapse, il vous faudra aussi un trépied pour disposer votre appareil de manière convenable, en assurant un bon cadrage et une bonne stabilité.

On peut aussi fixer l’appareil photo sur un slider (rail de travelling) motorisé pour réaliser un timelapse avec du mouvement, ce qui accentue davantage le dynamisme de la scène.

Désormais les appareils photos numériques offrent une telle définition (50 millions de pixels pour certains) qu’il est possible d’effectuer de très importants recadrages dans l’image lors du montage du timelapse. On peut ainsi créer des effets de zooming ou dezooming, des travellings comme si l’appareil avait été fixé sur un slider. Pour être agréables les mouvements doivent être lents et doux.

Combien de photos ?

En fait tout dépend de la durée de la séquence que vous souhaitez obtenir et aussi de la scène à capter. Sachant qu’il vous faut 25 images/seconde pour réaliser une vidéo, le minimum de photos requises sera de 75 soit 3 secondes de vidéos. Vous verrez que ça reste court. Idéalement il faut minimum 150 photos pour obtenir 6 secondes de vidéo.

Ca fait beaucoup d’images et ça prendra pas mal de place sur vos espaces de stockage, surtout si vous photographiez en raw pour post-traiter les images de manière plus efficace. Mais c’est à ce prix qu’on réalise des timelapses.

Pour améliorer ces photos, vous pourrez effectuer un traitement par lot dans Lightroom. Pour cela il suffit de sélectionner une des images de votre série. De modifier ses paramètres de teintes saturation, luminosité etc… Si besoin d’effacer les taches du capteur présente sur l’image. De copier les paramètres de développement de votre image et de les coller en une seule fois sur toutes les autres images de la séquence. Exporter ensuite ce lot d’images dans un dossier timelapse.

Prendre quelques précautions

La réussite n’est jamais garantie, il peut y avoir un tel défilé de nuages que vos images scintilleront trop. En bord de mer, le passage incessant de mouettes ou goélands peuvent aussi tacher copieusement vos images et le rendu vidéo sera très désagréable avec des points noirs apparaissant de manière aléatoire tels des flashs, dans le ciel (bien que Photoshop permette de les effacer il restera sous aucun doute des variations de nuances disgracieuses).

Le même problème peut survenir à cause d’insectes et bien évidemment de gens qui pourraient passer dans le champ de votre objectif de manière erratique…

Attention à la buée la nuit ! Le pare-soleil est une sage précaution lors des longues séances de timelapse en tombée de nuit lorsque de la rosée se forme et peut recouvrir la lentille de votre objectif.

Toujours la nuit attention également aux lumières, et notamment phares de voiture qui à proximité peuvent éclairer toute votre scène ce qui gâchera votre timelapse à cause d’un flash d’une fraction de seconde.

Certains appareils permettent d’obtenir directement une vidéo en mode timelapse. Je vous déconseille néanmoins d’y avoir recours. Le plus intéressant est de traiter vos images par lots pour optimiser le rendu comme vous le feriez pour vos photos.

Le processus pour réaliser un timelapse :

  • Repérer un endroit favorable à la réalisation d’un timelapse.
  • Attention aux facteurs qui pourraient nuire à vos images. Passages d’éléments non désirables dans votre composition.
  • Faire quelques essais d’exposition en mode A (priorité à l’ouverture) pour vous assurer de la bonne exposition en journée (corriger l’exposition si besoin et adapter la sensibilité de manière optimale selon votre appareil pour bénéficier du maximum de dynamique). Optez pour un réglage d’ouverture et de vitesse manuel pour la nuit (grande ouverture, sensibilité assez élevée et temps de pose adéquat pour obtenir une exposition correcte). Toujours pour les timelapse de nuit optez pour une balance des blancs « tungstène » (ampoule) correspondant à environ 3000 Kelvin de température de couleur.
  • Choisir un intervalle de temps en fonction de la vitesse de défilement des éléments à photographier. Par exemple de nuit environ toutes les 20 secondes ou toutes les 2 à 5 secondes si les nuages défilent vite en plein jour.
  • Lancer le déclenchement et attendre patiemment sans faire bouger votre trépied !
  • Importer vos images dans un logiciel de traitement des photos tel que Lightroom. Effectuez un traitement par lot de vos images pour gagner du temps.
  • Importer ces images en tant que séquence dans votre logiciel de montage vidéo.
  • Zoomer ou effectuer des mouvements dans l’image grâce aux paramètres de position et d’échelle.
  • Ajouter une musique
  • Exporter le montage et le tour est joué.